La permaculture

Accueil > Nouvelles > La permaculture

Le grand succès du centre Veymont ! Ici, à Grenoble, nous sommes intéressés par Bien Vieillir, et par la permaculture. Sûrement il y a-t-il d’autres thèmes porteurs, que nous ne manqueront pas de découvrir dans nos prochaines conférences, mais force est de constater que ces deux sujets ont attiré les foules.

Cette fois, nous nous sommes retrouvés autour d’Étienne Joubert, maraîcher à Noyarey, pour écouter ce qu’il avait à nous dire sur la permaculture, en particulier sous le regard de l’encyclique Laudato si du pape François. Une trentaine de personnes étaient réunies dans la salle de travail transformée en salle de conférence, tous horizons confondus, entre les fidèles assistants aux conférences de Veymont, d’autres personnes amies d’Étienne intéressées par le sujet, enfin un bon nombre de clients qu’il avait invités, très heureux de découvrir ce qui soutient le travail de leur maraîcher préféré.

Étienne a illustré son exposé de diapositives très explicites (que nous ne pouvons reproduire ici, pour des raisons de confidentialité). Il y avait également de larges citations de Laudato si.

Mais voici quelques idées simples, que l’on peut retenir de sa conférence :

La permaculture, c’est un état d’être, un art et une science. C’est une démarche d’humilité pour prendre place au cœur du vivant en le respectant : il nous faut apprendre à observer, à coopérer avec la nature et entre nous.

La permaculture est une approche de la conception, qui intègre le bâti, les plantes, les animaux, et les besoins des êtres humains pour créer un système durable.

Aux origines de la permaculture, M. Fukuoka a développé l’agriculture du non-agir, et a prouvé en cultivant le riz en culture sèche, en l’associant aux céréales d’hiver et au trèfle blanc, que le sol gagnait en fertilité sans être travaillé ni amendé. Inspirés par ses travaux, B. Mollison et D. Holmgren, tous deux australiens, inventent ce terme de permaculture, contraction d’ « agriculture » et de » permanente » pour créer un système productif, résilient, sans intrants, économe car fonctionnant en cycle et donc durable.

L’éthique de la permaculture repose sur trois piliers :

- Respecter la Terre : comprendre que la Terre est source de vie et l’homme en est donc dépendant.

- Respecter l’Homme : Comprendre la nature profonde de l’homme, dans son 
comportement individuel et collectif et replacer l’humain au centre de toutes les 
préoccupations en se posant sans cesse la question des conséquences humaines de 
chaque décision. Pour développer une "écologie intégrale" dont parle abondamment le pape François dans son encyclique Laudato si. 

- Partager équitablement et créer l’abondance : S’assurer que les ressources de la planète augmentent au lieu de diminuer et qu’elles soient partagées équitablement et consommées raisonnablement.

Utiliser des sources d’énergie renouvelables, avoir recours aux espèces locales le plus souvent possible, occuper le moins d’espace possible pour produire le plus de nourriture possible, développer la responsabilité collective et diffuser des outils visant à l’autosuffisance, tels sont les principes de la permaculture.

Sur le plan du jardinage ou de l’agriculture, l’idée est de s’inspirer des écosystèmes naturels. En observant les interactions bénéfiques entre les plantes, entre les plantes et les animaux, on peut concevoir des écosystèmes où sont combinées les plantations d’arbres, d’arbustes, de plantes herbacées, de tubercules, de plantes grimpantes. Voies d’accès et de transport, pentes, observations climatiques locales, zones d’intérêt particulier, conditions spéciales du sol sont pris en considération.

L’entretien du système doit être réduit au strict minimum, qu’il s’agisse du travail humain ou des besoins en énergie. Chaque aménagement est donc unique et il faut du temps pour la mise en place d’un site en permaculture. Une fois le système installé, il devient de plus en plus productif et de plus en plus « naturellement » complexe.

Portfolio

Cliquez sur la vignette pour afficher un diaporama

Dernières nouvelles

La vie à Veymont !

Brexit, or not Brexit ?

La permaculture

Université d’été 2019 : la fraternité au 21ème siècle